Chartreuse de Valbonne
 
Chartreuse de Valbonne
Chartreuse de Valbonne
Chartreuse de Valbonne

Historique

 

Dès le XIème siècle, un petit monastère de religieuses bénédictines fut bâti dans la vallée. Pour des raisons de sécurité, il fut abandonné à la fin du XIIème siècle. L'évêque d'Uzès, Guilhem de Vénéjan, attentif au péril hérétique que représentait l'expérience cathare pour les Etats du Comte de Toulouse, demanda à l'Ordre des Chartreux de construire un nouveau monastère.

Ainsi, fut fondée le 10 février 1204, la 41ème maison de l'Ordre des Chartreux.

En dépit des vicissitudes de l'histoire, une communauté de moines suivant la règle de saint Bruno, vécut en ce monastère jusqu'en 1901.

Abandonné, le monastère fut racheté aux enchères en 1926 par le Pasteur Philadelphe DELORD qui y fonda l'Association de Secours aux Victimes Maladies Tropicales afin de soigner à l'époque les victimes de la lèpre.

L'ASVMT, oeuvre protestante reconnue d'utilité publique suivant arrêté du 14 mai 1949, est toujours propriétaire du monastère et d'un domaine de quarante trois hectares. Elle gère aujourd'hui l'ensemble des activités touristique, viticole et culturelle de la Chartreuse de Valbonne.

Du Xème siècle à la Guerre de Cent ans

 

Dès les X-XIème siècles, un petit monastère de religieuses bénédictines fut bâti dans la vallée, au coeur du massif forestier: "Notre-Dame de Bondilhon". Pour des raisons de sécurité, les religieuses abandonnèrent leur monastère à la fin du XIIème siècle.

En ce temps, l'évêque d'Uzès, Guilhem de Vénéjan, attentif au péril hérétique que représentait l'expérience cathare pour les Etats du comte de Toulouse, entra en relation avec l'ordre des chartreux de saint Bruno et leur permit d'élever, en 1204, un nouveau monastère.

Ainsi fut fondée le 10 février 1203 la quarante et unième maison de l'Ordre.

Les débuts furent difficiles, comme pour tant d'autres couvents. La dizaine de religieux arrivée dans la forêt de Bondilhon dut défricher et rendre habitable le vallon qui lui était concédé. Encore aujourd'hui une partie des bâtiments repose sur d'immenses voûtes assurant leur assainissement.

Cette vallée rendue fertile par le labeur constant des chartreux devint "vallis bona", Valbonne.

Grâce également aux nombreuses donations qui leur furent faites, les chartreux se trouvèrent rapidement à la tête de grands domaines sur la région. Leurs richesses; leur rayonnement; leur réputation d'intercesseur auprès de Dieu; leur oeuvre de charité qui redistribuait une grande partie des dons reçus aux nécessiteux de la région...

Tout cela ne pouvait que susciter jalousie et convoitise de la part des Grands voisins. Les conflits avec le prieuré Saint-Pierre de Saint-Saturnin-du-Port (Pont-Saint-Esprit) en sont l'illustration.

De la Guerre de Cent Ans à 1780

 

La guerre de Cent Ans qui conduit le pays à la ruine, voit naître les "routiers, ou grandes compagnies" qui pillent, ruinent, rançonnent et dévastent les campagnes. Hélas! La Chartreuse de Valbonne n'est pas épargnée. En effet, des établissements aussi vastes et isolés que ce monastère, mais également si peu aptes par leur vocation aux parades de défense, étaient singulièrement exposés.

Les luttes religieuses du XVIème siècle eurent également leurs très dures répercutions au monastère. En 1585, la Chartreuse est dévastée, pillée et incendiée. Quatre siècles d'archives partent en fumée!

Seul, le "Kalendarium Cartusiae Valisbonae", volumineux manuscrit de 1200 pages, rédigé à partir de 1661, restitue un résumé des quatre premiers siècles de la vie de la Chartreuse.

La Grande Chartreuse envoie de nouveaux pères pour la restaurer et la repeupler. Les travaux commencent dès 1593 et les cellules peuvent être réoccupées dix ans plus tard. Un prieur énergique, François Laurent, assure la sécurité du monastère et permet ainsi le retour d'une vie conventuelle régulière au monastère.

Le grand cloître, tel que nous le voyons aujourd'hui, a été commencé à cette époque. De même la porte d'entrée, de style Renaissance qui, toute majestueuse qu'elle soit, est surmontée d'une bretèche témoignant des inquiétudes qui se manifestaient encore. La reconstruction fut longue et la nouvelle église fut bâtie seulement entre 1770 et 1780.

De 1780 à 1901

 

La rénovation et la reconstruction de la Chartreuse est achevée lorsqu' intervient la Révolution de 1789. C'est à nouveau l'irruption brutale de l'histoire dans la vie de la Chartreuse. Les biens de l'Eglise étant mis à la disposition de la Nation suivant décret du 2 novembre 1789, les temporels des chartreuses deviennent biens nationaux.

Le 13 février 1790, les ordres religieux ayant été supprimés par décret, les religieux des chartreuses sont dispersés. Le dernier père quitte Valbonne le 1er octobre 1790.

Comme pour les autres chartreuses, des inventaires sont alors dressés par les officiers municipaux, mais la Chartreuse de Valbonne est la seule "maison" à ne pas connaître la vente car il était projeté d'y installer un établissement d'enseignement.

Ce projet n'ayant pas abouti, le monastère et les terrains de culture sont remis par arrêté du 27 pluviôse an XII (17 février 1804) à l'hôpital de Pont-Saint-Esprit pour le dédommager de la perte de son ancien patrimoine, vendu comme biens nationaux.

En 1822, la commission administrative chargée de la gestion de la Chartreuse, parle de ruines, tout ayant été pillé, vendu ou récupéré par les communes avoisinantes... Alors, décision est prise d'une vente aux enchères, et le 28 janvier 1836, les chartreux rachètent le monastère pour la somme de 65 300 fr.

Une fois encore la Chartreuse de Valbonne va renaître de ses cendres. Restauration, mais aussi nouvelles constructions. La chapelle des familles ainsi que celle des reliques sont rénovées. Résurrection générale: le chant grégorien retentit à nouveau à l'intérieur, et les champs se couvrent de belles cultures à l'extérieur; les écuries sont repeuplées et les troupeaux reconstitués. Les étrangers, les nécessiteux sont, comme par le passé, accueillis dans la cour d'entrée et l'on pourrait penser que cette ruche bourdonnante se prépare à un bel avenir.

Pourtant, alors que la Chartreuse a retrouvé vie et sérénité, qu'elle n'aspire qu'à la paix et à la tranquillité, au silence pour la prière et pour se vouer à la contemplation, une querelle virulente intervient au niveau de l'Etat à propos de la "question laïque". La loi Combes du 1er juillet 1901 place les congrégations sous le contrôle de l'Etat qui peut ou non les autoriser selon leur utilité. Les moines de Valbonne, ainsi que ceux des autres chartreuses de France, refusant de se soumettre, sont contraints à l'exil. Ils partent pour l'Espagne où ils réaménagent la Chartreuse d'Aula Dei qui avait été en partie anéantie lors des deux sièges de Saragosse par Napoléon Ier.

Cette fois, les moines doivent définitivement abandonner leur Chartreuse et Dom Gorce, dernier prieur, quitte Valbonne le 30 septembre 1901.

Visitez La Chartreuse de Valbonne en réalité virtuelle 360°

De la cour d'entrée au grand cloître en passant par le choeur des Pères puis le Jardin (27 Panoramas à découvrir..).

Survol de la Chartreuse

  • Adresse: Route de Valbonne
    30130 Saint-Paulet de Caisson
  • Tel: 04.66.90.41.24
  • Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Horaires des visites